mercredi 14 septembre 2011

Yes comment


L’école palestinienne ferait des émules en France.
Devant les caméras, on exhibe les pièces jaunes, et en coulisses, on compte les billets verts. Et quand quelqu'un veut regarder de trop près, on émet des gémissements de souffrance et de maladie.


© copyright  Le Monde à l'Endroit

mardi 6 septembre 2011

Besancenot? Je le croyais mort avec Stéphane Hessel

par Alain Legaret

Cliquer sur l'image pour l'agrandir
Quand j’ai vu qu’il faisait la Une des journaux ce matin, j’ai été rassuré. Olivier Besancenot n’est pas mort. Il faut dire qu’il y avait de quoi s’inquiéter. Cela fait des mois que l’armée syrienne de Bachar-El-Assad massacre des civils sans défense et je n’ai toujours pas entendu le postier s’indigner. Ni lui, ni Stéphane Hessel. Ni leurs amis. Aucune manifestation dans les rues de Paris. Rien.

Et pourtant, le tueur en Syrie a déjà fait bien plus de morts innocents que l’opération « plomb durçi » à Gaza. Mais ça ne suffit pas pour perturber le sommeil de nos indignés. Comme quoi, l’indignation de ces gens-là est très sélective.
Et si Besancenot réapparaît aujourd’hui dans les journaux, c’est suite à une condamnation par le tribunal.  Le postier considère cette décision « comme une injustice car nous sommes condamnés pour une séquestration qui n’a pas eu lieu. » confie-t-il au quotidien Libération.

Parce qu’en matière de séquestration, Besancenot en connaît un rayon.

vendredi 2 septembre 2011

Bravo Monsieur "Le Monde"

par Alain Legaret


Il est une des techniques de presse qui consiste à faire passer par les autres les messages politiquement incorrects qu’on n’ose pas dire soi-même. Cela permet de rendre public des idées nauséeuses tout en clamant « c’est pas moi ! ».

Dernièrement, les animateurs de Sud Radio ont naïvement orienté leurs auditeurs sur la pente savonneuse des lobbys, de l’argent et de DSK, et ont soudain joué les vierges effarouchées dès que le débat, ô surprise, a tourné à l’antisémitisme.

Ils se sont fait élégamment épinglés par Sophie Aram de France Inter comme le montre la vidéo ci jointe. Qu’elle en soit remerciée, ça devient tellement rare que des journalistes fassent leur boulot.


video

Bien entendu, Sud Radio a franchi la ligne rouge. Ils ont fait l’erreur de prononcer le mot "juif".
Ils ne sont vraiment pas futés ! Ils ne se sont pas encore rendu compte qu’en France, il y a des règles très claires : Il est d’usage de s’inspirer de la littérature du IIIe Reich tout en se gardant bien d’associer le mot "juif" à ses propos, les appellations "sioniste" ou "israélien" étant largement suffisantes pour faire passer le message.

Reproduction des textes originaux autorisée avec le lien et la mention suivante: © copyright Le Monde à l'Endroit